Les sites du réseau Culturespaces
Musées et centres d’art
Monuments historiques
CENTRES D’ART NUMÉRIQUES

Caumont Centre d'Art

Aix-en-Provence

Caumont dans la Résistance

Lorsque la Seconde Guerre Mondiale débute, l’hôtel a complètement perdu son lustre d’antan. Il est alors divisé en plusieurs appartements tenus par Hélène Ardevol (1892-1976), concierge de l’immeuble et membre de la Résistance. Elle y héberge courageusement de nombreux résistants mais l’hôtel est saisi.

Français

L’hôtel au cœur de la vie aixoise

Au décès de François de Bruny, son fils Jean-Baptiste Jérôme hérite de l’hôtel. Collectionneur, botaniste et membre de l’académie de peinture de Marseille, il rassemble dans son hôtel aixois de nombreuses œuvres d’art mais aussi des minéraux et fossiles. L’Hôtel des Bruny est alors le théâtre de fêtes et soirées mémorables où toute la bonne société aixoise se donne rendez-vous. Mais cette insouciance trouve une fin brutale avec la Révolution Française.

Français

L’Hôtel de Bruny

Malheureusement, la famille de Réauville ne profite pas longtemps de son hôtel particulier. Pour des raisons financières, ils sont contraints de le vendre à François Bruny de la Tour-d’Aigues, le plus riche armateur, marchand et banquier de Marseille. L’hôtel prend ainsi le nom d’Hôtel de Bruny.

Français

Fin des travaux

Le décès de François Rolland de Réauville ne met pas un terme au projet. Grâce aux plans de Robert de Cotte, ses descendants poursuivent le chantier d’édification de la demeure qui s’achève une trentaine d’années après la mort du marquis.

Français

Création du quartier Mazarin

Au XVIIe siècle, la ville d’Aix-en-Provence connait une forte croissance démographique. L’archevêque Michel Mazarin, frère du célèbre cardinal, entreprend un nouvel agrandissement de la ville en créant le quartier Mazarin qui devient le théâtre d’ambitions considérables – religieuses, politiques et privées. Véritable "lotissement de luxe" à l’architecture cossue pour les parlementaires et grands bourgeois de l'époque, Il est organisé selon un plan à damier dont le cœur est la place des Quatre-Dauphins. 

Français

Pauline de Caumont hérite de l'hôtel

A la mort de Jean-Baptiste Jérôme de Bruny, l’hôtel va à son fils Marie-Jean-Joseph qui meurt peu de temps après dans la misère à Rouen où il avait fui les persécutions révolutionnaires. Sa sœur, Pauline, hérite de la demeure. Peu de temps avant, cette dernière avait épousé le marquis de Caumont, Amable de Seytres. C’est ainsi que l’hôtel prend le nom d’Hôtel de Caumont. A cette occasion, le marquis se vante de « prendre à la Provence sa plus belle fille, son plus bel hôtel, et sa plus grosse fortune ».

Français

Culturespaces, nouveau propriétaire

Après la mise en vente de l’Hôtel de Caumont, Culturespaces se porte acquéreur.

Sous le contrôle de la Direction Patrimoine et Musées de la Ville d’Aix-en-Provence et avec l’aide d’historiens et d’architectes du patrimoine et de restaurateurs spécialisés, un diagnostic général préalable, historique et scientifique est réalisé afin de mesurer l’ampleur et la nature des travaux à mettre en œuvre pour restaurer entièrement le lieu.

Français

Pose de la première pierre

Dans le tout nouveau quartier Mazarin, François Rolland de Réauville, marquis de Cabannes, souhait construire un hôtel particulier digne de sa fonction de second Président  à la Cour des Comptes d’Aix-en-Provence. Il demande donc à Robert de Cotte, intendant et premier Architecte des Bâtiments du Roi, de lui en dessiner les plans pour se démarquer des autres hôtels particuliers du quartier.

Français

L'Hôtel de Caumont d'hier à aujourd'hui

Pages