Marilyn Monroe (1926-1962) est certainement la star la plus photographiée dans l'histoire du cinéma. André de Dienes, Milton Greene, Philippe Halsman, Eve Arnold, Cecil Beaton, Richard Avedon, Sam Shaw, Ed Feingersh, George Barris, Bert Stern… les meilleurs photographes de son temps l’ont immortalisée, faisant de Marilyn l’icône que tout le monde connaît.

A travers une soixantaine de tirages photographiques, principalement issus de collections privées, et de nombreux supports multimédia, l’exposition « Marilyn » raconte l’histoire de la relation particulière que Marilyn Monroe a toujours entretenue avec la photographie et les photographes. Une relation centrale dans la construction de son image mythique.

Plus encore que la caméra, Marilyn aimait l’appareil photo et les photographes le lui rendaient bien. On sait combien Marilyn Monroe s’est prêtée au jeu de la célébrité, renvoyant à chaque paparazzi un sourire éclatant. Très jeune, elle dévore les magazines de cinéma dont les photos idéalisées éveillent son intérêt pour la photographie. Débutant comme modèle puis comme pin-up, elle comprend vite le pouvoir de l’image, dont elle a besoin pour lancer sa carrière cinématographique, et s’en empare. Sa photogénie exceptionnelle et son travail intensif avec les photographes hollywoodiens réputés portent vite leurs fruits et elle apparaît en couverture de nombreux magazines, contribuant au développement de sa popularité comme de son érotisme. C’est sous l’objectif des photographes publicitaires des studios que Norma Jeane Baker, petite fille à l’enfance difficile, devient Marilyn Monroe, la star. Les médias construisent l’image toute faite d’une femme joyeuse, radieuse. Or Marilyn est multiple, complexe. Car l’icône a deux faces : celle, solaire et lumineuse, de la blonde et celle, plus sombre, d’une jeune femme perfectionniste, fragile et vulnérable.

Marilyn noue un dialogue de confiance avec les photographes, plus qu’avec les journalistes ou même les réalisateurs. Elle initie très régulièrement des séances de photographie pour façonner elle-même son image et se défaire du rôle dans lequel l’enferment les médias et les studios hollywoodiens, la Fox en particulier. Marilyn tient à contrôler chaque image – comme sur ces planches contacts de la « Dernière Séance » de Bert Stern, présentée en fin d’exposition, où elle barre les clichés qui lui déplaisent. C’est cette co-construction de son image, révélant la maîtrise du photographe autant que la sienne, qui est ainsi donnée à voir.

Partager

Le commissariat

Programmation

Après avoir assuré la direction de Paris Musées, la direction de la production du Centre Pompidou et de la Réunion des Musées Nationaux, Sophie Hovanessian est nommée administrateur du Musée Jacquemart-André. Depuis 2010, elle est directrice de la programmation culturelle et des expositions de Culturespaces.
À ses côtés, pour monter cette exposition, Agnès Wolff, responsable de la production culturelle, Cecilia Braschi, responsable des expositions pour l’Hôtel de Caumont - Centre d’art et Sophie Blanc, régisseur des expositions.

Commissariat

Diplômée de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles, Sylvie Lécallier travaille depuis 1999 au Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, où elle est responsable de la collection photographique et des éditions. Elle a été commissaire des expositions « Henry Clarke, photographe de mode » (2002), « Ouverture pour inventaire » (2004), « Gallierock par J.C. de Castelbajac » (2007) et co-commissaire de « Madame Grès, la couture à l’œuvre » au musée Bourdelle (2011). Elle a organisé l’exposition « Mannequin – le corps de la mode » aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles (2012) et aux Docks – Cité de la Mode et du Design à Paris (2013). Elle a également été co-commissaire de l’exposition « Papier glacé, un siècle de photographie de mode chez Condé Nast » au Palais Galliera (2014). Spécialiste de la photographie de mode elle a dirigé plusieurs ouvrages et écrit de nombreux articles sur le sujet, notamment sur la représentation du mannequin.

Après ses études secondaires, Olivier Lorquin a suivi une formation de cinéaste à l’IFC de 1969 à 1971, tant dans le documentaire que dans le film publicitaire. Il a réalisé à ce titre plusieurs films notamment sur Peggy Guggenheim, Fahrelnissa Zeid, Henri Moore et Vince Taylor. Parallèlement, il a travaillé dans le monde de la musique en qualité de parolier et chanteur. En 1981, il rejoint Dina Vierny à la galerie dont elle lui confie la direction en 1983. En 1995, il est nommé directeur de la Fondation Dina Vierny-Musée Maillol et depuis 2009, à la disparition de Dina Vierny, il en est le président. Depuis mars 2010, il est également expert auprès de la Compagnie Nationale des Experts en oeuvres d’art (CNE) et membre du Conseil d’administration de la CNE depuis avril 2012.

Scénographie

Hubert le Gall est un designer français, créateur et sculpteur d’art contemporain. Depuis 2000, il réalise des scénographies originales pour de nombreuses expositions.

Partager

Galerie photo

Diaporama