Notre priorité : votre santé

Suite aux annonces gouvernementales, l’accès au centre d'art et au café nécessite la présentation d’un pass sanitaire. 

Ce pass peut prendre différentes formes :
- Un certificat de vaccination attestant d’un cycle vaccinal complet et du délai nécessaire après la dernière injection, 
- Un certificat de test PCR ou antigénique de moins de 72 heures (les autotests ne sont pas valables),
- Un certificat de rétablissement de la COVID-19 (test positif de plus de 11 jours et de moins de 6 mois).

Le pass sanitaire peut être présenté sous forme papier ou numérique.
Pour les enfants de 12 à 17 ans la présentation du Pass sanitaire ne s’appliquera qu’à partir du 30 septembre. 

Le port du masque reste obligatoire.

Merci pour votre compréhension,
L'équipe de l'Hôtel de Caumont

Les sites du réseau Culturespaces
Musées et centres d’art
Monuments historiques
CENTRES D’ART NUMÉRIQUES
Aix-en-Provence
RENDEZ-VOUS LITTÉRAIRE
Lectures au Café Caumont
Un vendredi par mois de novembre à avril de 16h à 17h30

À vos agendas ! 6 rendez-vous littéraires sont à noter.  

Vendredi 26 novembre : "Le Café de l'Excelsior" de Philippe Claudel 
À peine âgé de huit ans, le narrateur orphelin se retrouve sous la garde de son grand-père. Cet homme simple, tenancier d'un petit bistro, le café de l'Excelsior du titre (qui a plus l'allure d'un estaminet). ... C'est là que le narrateur mènera une vie heureuse et comblée, sous les yeux de son grand-père qu'il adore. 

Vendredi 10 décembre "Une enfance provençale" de Marie Gasquet 
"C'est dans la plus abondante et la plus lumineuse petite ville de Provence que j'ai passé les calmes années de mon adolescence. À travers le soleil, les fleurs, les cyprès, par les routes blanches, les jours venaient à moi sans effort, et je n'avais qu'à respirer pour sentir la beauté du ciel ". Telles sont les premières lignes d'Une enfance provençale, texte inoubliable d'une Provence intemporelle, qu'écrivit Marie Gasquet en 1926. 

Vendredi 21 janvier : "La passion Lippi" de Sophie Chauveau 
Florence 1414. Un enfant hirsute, aux pieds couverts de corne, griffonne furieusement une fresque remarquable à même le sol d'une ruelle des bas-fonds de la ville. Miraculeusement repéré par Cosme de Médicis et placé au couvent des Carmes, il va faire souffler un vent de passion sur la peinture de la Renaissance. 

Vendredi 25 février : "Rien de plus vraiment artistique que d’aimer les gens" - Citation de Vincent Van Gogh
Vincent Van Gogh a écrit des centaines de lettres à son frère Théo, pratiquement tous les jours pendant ses séjours à Arles et Auvers sur Oise. Ces lettres, écrites toujours d’un seul jet, abordent tous les sujets ; d’abord la peinture, puis ses ennuis, son malheur de vivre, sa philosophie, et Dieu... Les extraits de certaines, présentées dans ce petit livre, sont de véritables réflexions de vérités, de bon sens, d’amour des autres, de tendresse, qui font de lui un véritable écrivain, aussi puissant et vrai que sa peinture.  Chacun ressort bouleversé de tant de talent. 

Vendredi 25 mars : "Histoire d'ici et d'ailleurs" de Luis Sepulveda
En 1990, Sepúlveda revient au Chili après la chute de la dictature, il emporte une photo représentant un groupe de cinq enfants d’une banlieue ouvrière. Avec la photographe qui l’avait prise dans les années 70, il entreprend de reconstituer le groupe pour refaire la même photo. Ils retrouvent ceux qui sont maintenant devenus des jeunes gens mais l’un d’eux manque, il a disparu. A partir de l’histoire de cet enfant, Sepúlveda raconte l’histoire du Chili après 17 ans de dictature.

Vendredi 22 avril : "L'axe du loup" de Sylvain Tesson
Sylvain Tesson a refait le long voyage de la Sibérie au golfe du Bengale qu'effectuaient naguère les évadés du goulag. Pour rendre hommage à ceux dont la soif de liberté a triomphé des obstacles les plus grands, seul, il a franchi les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les Hauts Plateaux tibétains, la chaîne himalayenne, la forêt humide jusqu'à la montagne de Darjeeling. A pied, à cheval, à vélo, sur six mille kilomètres, il a connu le froid, la faim, la solitude extrême. La splendeur de la haute Asie l'a récompensé, comme les mots d'une ancienne déportée : "On a le droit de se souvenir."

> Entrée libre (pass sanitaire obligatoire)