Les sites du réseau Culturespaces
Musées et centres d’art
Monuments historiques
CENTRES D’ART NUMÉRIQUES
Aix-en-Provence
RENDEZ-VOUS LITTERAIRE
Lectures au Café Caumont
Du 17 janvier au 17 avril de 16h à 17h30

A vos agendas ! 4 rendez-vous littéraires sont à noter.  

Vendredi 17 Janvier de 16h à 17h30 : "Je me souviens de tous vos rêves" de René Fregni - en présence de l'auteur
L'automne en Provence est limpide et bleu, ce n'est pas une saison, c'est un fruit : les touristes sont partis, la nature exulte dans une profusion de couleurs et d'odeurs. Mais si l'écrivain-flâneur célèbre avec sa sensualité coutumière Manosque et la campagne provençale, il est avant tout attentif à ceux qui vivent dans les recoins de la société, les pauvres, les fous, les errants dont il se sent frère, et dont il parle sans apitoiement. Qu'il s'agisse de raconter la mort d'un chat ou la surprise d'entendre une femme qui jouit dans la maison voisine, à chaque page de ce livre vibre une émotion simple et sincère.

Vendredi 21 février de 16h à 17h30 : "La petite fille de Monsieur Linh" de Philippe Claudel
C'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul à savoir qu'il s'appelle ainsi car tous ceux qui le savaient sont morts autour de lui. Il n'a pu emporter avec lui, outre la petite fille de six semaines, que quelques vêtements usagés, une photographie que la lumière du soleil a presque entièrement effacée et un sac de toile dans lequel il a glissé une poignée de terre. "La Petite Fille de Monsieur Linh" est un roman d'amitié qui rend confiance dans la vie et dans une littérature qui sait remarquablement l'idéaliser.

Vendredi 20 mars de 16h à 17h30 : "La Gloire de mon père" de Marcel Pagnol 
Lorsqu’il commence à rédiger ses Souvenirs d'enfance, au milieu des années cinquante, Marcel Pagnol est en train de s'éloigner du cinéma, et le théâtre ne lui sourit plus. La Gloire de mon père, dès sa parution, en 1957, est salué comme marquant l'avènement d'un grand prosateur. Joseph, le père instituteur, Augustine, la timide maman, l'oncle Jules, la tante Rosé, le petit frère Paul, deviennent immédiatement aussi populaires que Marius, César ou Panisse. Les souvenirs de Pagnol sont un peu ceux de tous les enfants du monde. 

Vendredi 17 avril de 16h à 17h30 : "Ce que j'appelle oubli" de Laurent Mauvignier
Après celles du Heysel (Dans la foule) et de la guerre d'Algérie (Des hommes), Laurent Mauvignier explore une nouvelle tragédie, survenue à Lyon en 2009 : la sauvage mise à mort d'un voleur de bière par quatre vigiles, dans l'arrière-boutique d'un supermarché. Son style désormais consacré, hagard, submergeant, inextinguible, fait une nouvelle fois mouche. Après les raz de marée des précédents romans, dans lesquels des êtres blessés tentaient de résister au flot de l'Histoire, une extermination individuelle en catimini, sans cris ni témoins. 

> Entrée libre aux visiteurs munis d’un ticket d’entrée du jour et aux adhérents Cercle Caumont.