Alain Madeleine-Perdrillat en dialogue avec Alain Paire

On a coutume de dire que Nicolas de Staël abandonna l’art abstrait lorsqu’il entreprit, à compter de mars 1952, sa série du Parc des Princes : le peintre dira avec humour avoir quitté alors le « gang de l’abstraction-avant ». Dans son étude éditée chez Hazan en 2003, Alain Madeleine-Perdrillat souligne que lorsqu’il peint des ciels, des arbres, des étendues marines, des natures mortes et des paysages, Nicolas de Staël se bat principalement pour être au plus près d’une intensité première : il évoque une force de surgissement, un désir de maintenance ou les schémes de la mémoire, « On ne peint jamais ce qu’on voit ou croit voir, on peint à mille vibrations le coup reçu » (lettre à Roger van Gindertael, juillet 1950).

Alain Madeleine-Perdrillat a travaillé à la Réunion des musées nationaux et à l’Institut national d’histoire de l’art. Auteur d’une monographie sur Seurat (Skira, 1990) d’une étude sur Nicolas de Staël (Hazan, 2003) et d’essais sur des écrivains, des poètes et des peintres (entre autres, Marcel Proust, Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Caravage, Cézanne, Claude Garache, Alexandre Hollan, Giorgio Morandi). Il a traduit plusieurs textes de Roberto Longhi, La vie d’un peintre de Gino Severini et, récemment, un livre de Lawrence Gowing, L’originalité de Thomas Jones (Fage éditions). Il préfacera le volume Yves Bonnefoy à paraître en 2019 dans la collection Pléiade/Gallimard.

Alain Paire a publié aux éditions de l’IMEC en 1993 Chronique des Cahiers du Sud 1914 - 1966. Chez Images en Manoeuvres, en 2009, Picasso à Vauvenargues, le grand atelier de la Sainte-Victoire. Parmi ses dernières parutions, un catalogue consacré à Achille Emperaire, des textes sur les artistes du Camp des Milles, le Chateau Noir de Tal-Coat. Réalisateur d’une série de films à propos du passage à Marseille d’Antonin Artaud, de Walter Benjamin, d’André Breton, de Blaise Cendrars et de Simone Weil. Articles et chroniques sur le site de la galerie d’art contemporain dont il était le responsable entre 1994 et 2013, à Aix-en-Provence. Plus d'infos sur http://www.galerie-alain-paire.com

Partager
Partager